Ten Years After - Susie S.

SusieS web Le plus grand, le plus rapide... et le plus fou de tous: Susie S. Elle déchaîne encore les passions aujourd'hui...

A Surzur, le sculpteur s'est pris de passion pour un fameux sandbagger


Francesco ressuscite Susie S. au 1/10e

susie maquette 

Parfaitement réalisée au 1/10e, " Susie S. ", construit en 1869, faisait 21,25 m de longueur hors tout pour seulement 8,31 m de longueur de coque. Son bau maximum était de 3,35 m. Il portait 137 m2 de toile. Son lest mobile était composé de 70 sacs de 25 kg.

Dans la jolie campagne de Surzur, Francesco Riotto se passionne discrètement pour les maquettes. Le sculpteur, façonné à l'école Boule, est âgé de 44 ans. Il produit peu, mais seulement des oeuvres de qualité. Comme Susie S., un fameux sandbagger reconstruit au 1/10e. Reproduction parfaite. Pour clientèle avertie et aisée.

Discret, presqu'effacé. Et pétri de talent. Les trois adjectifs suffisent à camper le portrait de Francesco Riotto, ce parisien d'origine, dont le nom chante l'Italie de ses ancêtres. Et qui, aujourd'hui, à Surzur, cultive à l'abri des regards, son amour immodéré pour la chose bien faite.
Francesco qui n'aime pas trop parler de lui, confesse pourtant, que, fatigué de la vie parisienne et cherchant le grand air pour mieux supporter des soucis de santé, il vint, en 1995, installer sa famille à Limerzel, avant de décider de se construire un toit à Surzur. Et d'y bâtir son indépendance d'artiste... Demandeur d'emploi.
L'homme a un solide bagage. Il fut ébéniste avant de suivre des cours du soir et de se préparer à entrer à l'école Boule, en section sculpture « Il y avait onze places à prendre, pour cent cinquante candidats. Et il fallait surtout, dit-il, être très fort en dessin... »

Le plus célèbre des sandbaggers

Hélas ! La santé de Francesco Riotto ne s'améliore pas. Le voilà obligé de quitter son dernier emploi. Il se livre désormais à sa passion : le maquettisme naval dont il avoue s'être un peu drogué déjà, lorsqu'il était gamin.
Mais le métier est exigeant et difficile. Et les débouchés sont d'autant plus incertains que la belle ouvrage requiert aussi beaucoup de temps. Une très belle maquette de bateau, entièrement façonnée à la main, devient alors un objet hors du temps. Hors de prix. Fataliste, l'artiste sculpteur ajoute : « Ça fait quatre ans que je rame... »
Aujourd'hui, la pièce maîtresse réalisée par Francesco Riotto, est un sandbagger, un étonnant sloop de travail que les marins de la baie de New-York utilisaient au XIXe siècle pour le transport côtier, le dragage des huîtres. Mais aussi les loisirs et les régates. Particularité de ce dériveur très toilé : son lest mobile à déplacer au rythme des allures. Et qui pouvait atteindre jusqu'à 90 sacs de 25 kg de gravier ou de sable.
Susie S. est, sans doute, le plus fameux d'entre eux. il est, en tout cas, le plus célèbre et le plus titré des sandbaggers. Construit en 1869 sous le nom de Bella, vendu et revendu, le voilier connaîtra une carrière d'une

exceptionnelle longévité. Et un nombre incalculable de victoires en régates. Voilà la pièce admirable réalisée au 1/10° par Francesco Riotto dans sa campagne de Surzur.
Ici, pas question de balsa. La quille de Susie S. est en charme, les espars et bordés en pin d'Oregon, le pont en sycomore. Et l'acajou y trouve un usage abondant. Combien de temps de travail a-t-il fallu pour réaliser l'ouvrage ? « Entre deux et trois mois, répond Francesco. Mais il est impossible de compter son temps... » Pour un objet unique qui ne saurait se négocier à moins de moins de 5 000 E. Avec son immense bout dehors et son élégante queue de malais.

Daniel LE SERRE.

(Ouest-France du 13 Avril 2004)